Transat Jacques Vabre : Isabelle Joschke et Morgan Lagravière, un duo mixte inédit sur l'IMOCA MACSF

Le Havre, France, 24 octobre 2019

Isabelle Joschke et Morgan Lagravière, skipper et co-skipper, de l'IMOCA MACSF s'apprêtent à cohabiter pour la première fois lors d'une grande course au large. A quelques jours du départ de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre, comment voient-ils cette navigation à deux, alors qu'ils n'ont eu que très peu de temps pour s'y préparer ?  Et qu'en pense leur team manager Alain Gautier ?

Dans une course en double comme la Transat Jacques Vabre, le bon fonctionnement du duo de skippers est essentiel. Isabelle Joschke et Morgan Lagravière n’avaient jamais navigué ensemble avant le mois dernier sur l’IMOCA MACSF. Pas si facile de trouver ses marques en très peu de temps, surtout sur un bateau qui a été remis à l’eau fin août seulement, après des transformations importantes, en particulier l’ajout de foils. 

Comment les deux skippers se sont-ils entraînés ?


Isabelle Joschke et Morgan Lagravière ont participé à une seule course ensemble. C’était mi-septembre lors du Défi Azimut à Lorient, course présentant notamment une épreuve de navigation de 48h. « Cette première compétition nous a permis de prendre nos marques à bord avec Morgan. Nous avons rapidement trouvé notre propre organisation et notre manière de communiquer. Tout cela s’est fait très naturellement», raconte Isabelle Joschke. «Depuis le Défi Azimut, nous avons beaucoup progressé, à la fois techniquement et dans notre fonctionnement à deux avec Isabelle», ajoute Morgan Lagravière.

Comme entraînement en septembre, « nous avons fait des navigations de 48h et des navigations de nuit. Or ce sont les premiers jours, et surtout le premier jour et la première nuit, qui sont les plus durs car on n’a pas encore le rythme », précise Isabelle Joschke. La skippeur, qui a progressivement évolué en Min 6.50, en Figaro Bénéteau, Class40 et IMOCA depuis 2017, se félicite des complémentarités de son duo avec Morgan Lagravière. 

« Morgan connaît bien la génération des IMOCA 2016, la première génération des IMOCA à foils. Il apporte cette expérience à Isabelle. L’association des deux skippers est très bonne », confirme Alain Gautier, team manager Voile MACSF, avant d’ajouter, « ils ont des styles complémentaires. Ils ont bien sûr tous les deux le goût de la compétition et de la performance. Isabelle est très stratège, précise et cartésienne. Morgan est plus porté par son instinct, son feeling et les sensations de vitesse. » 

Dans cette courte séquence vidéo tournée lors d'un entraînement en septembre 2019, Isabelle et Morgan décrivent leur collaboration.

Comment Isabelle et Morgan se répartissent-ils les rôles? 


« Nous sommes très différents Isabelle et moi. Nous nous répartissons les responsabilités : Isabelle est le chef de bord, elle se concentre sur la navigation, la stratégie générale, et moi, davantage sur la performance et la vitesse du bateau », indique Morgan. De son côté, Isabelle souligne l'importance « que l’on se soit réparti les tâches clairement pour que, en cas de crise, chacun sache tout de suite quoi faire ». 

Vivre et naviguer à deux pendant deux semaines 24h sur 24h sur un bateau de 60 pieds de long, dont la cabine ne fait que quelques mètres carrés, implique une bonne organisation. « Lorsque l’un de nous deux est sur le pont, l’autre se repose ou prépare la navigation ou encore fait des travaux techniques », explique Morgan Lagravière. « En réalité, on ne fait que se croiser », sourit Isabelle. 

A l’exception des phases de manœuvres, les deux skippers se succèdent par période d’une à deux heures et se transmettent les informations au moment du changement de quart. Pour des raisons d’efficacité, ils ont convenu que Morgan effectuerait les tâches les plus physiques comme le transport des voiles les plus lourdes. Les tâches plus longues ou nécessitant moins de force, comme affaler le spi, incomberont à Isabelle. Et « s’il y a une avarie et qu’il faut monter en haut du mât, ce sera plutôt moi qui le ferai car je pèse à peine plus de 50 kg », ajoute-t-elle.

Comment se passe la vie à bord ?

C'est une certitude, la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre sera très éprouvante pour les deux skippers et nécessitera une bonne résistance.

 « Depuis les transformations, l’IMOCA MACSF a progressé en vitesse mais… pas en confort ! Avec ses foils, c’est devenu un bateau dur. Car à 30 nœuds sur un monocoque, les chocs sont plus violents, ça tape. Il faut se tenir fermement et être toujours en alerte. Il n’y a pas de moment de détente car le bateau bouge de manière plus violente », explique Alain Gautier.

« Le bateau bouge comme un shaker... en tout cas beaucoup plus qu’avant ! Rien que pour se faire à manger, il faut lutter pour ne pas tomber : c’est fatiguant et pas très confortable », confirme Isabelle Joschke.


Ce qu’il a perdu en confort, le bateau l'a gagné en vitesse grâce à ses foils de troisième génération.

« Nous sommes confiants quant au potentiel de notre bateau. Les calculs des ingénieurs tablent sur une progression de 30% du potentiel de vitesse dans des conditions optimales », indique Isabelle, satisfaite de l’assiette de l’IMOCA MACSF et de sa polyvalence.

Il reste à le tester en configuration de course au large. « Il faut savoir garder la tête froide. Résister à la tentation de montrer les muscles et faire prendre trop de risques au bateau. Bref, il faut savoir naviguer intelligemment tout en essayant de performer », souligne Morgan.

Tous deux sont impatients de prendre le départ de cette transatlantique qui relie Le Havre à Salvador de Bahia, au Brésil. Une longue route du café qui conduit les bateaux à descendre très au Sud, à traverser des conditions météo et des vents très changeants notamment le célèbre pot au noir, un passage décisif de la Transat Jacques Vabre.  
 

Pour en savoir plus : visitez les sites d'Isabelle Joschke, du projet voile MACSF et de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre

To secure its communication, contents are certified on the blockchain using Wiztrust.

Expert

Contacts Presse

Fichiers attachés

Sujet liés

SITE MACSF.FR