« L’été indien sur les marchés financiers » : une analyse de Roger Caniard, directeur financier MACSF

Paris, France, 31 octobre 2019

L'ensemble des marchés actions a progressé en septembresoutenu par une diminution des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, et par les décisions toujours plus accommodantes des banques centrales. Roger Caniard explique les raisons de cet été indien sur les marchés financiers. 

Le marché européen enregistre la meilleure performance avec +3,9% sur le mois de septembre, soutenu par la faiblesse de l’euro. Les marchés émergents et américains ferment la marche avec respectivement +2,8% et +2,7% (en euro). Les performances boursières restent également très bonnes depuis le début de l’année, comprises entre 11% et 27%, soutenues par des taux toujours plus bas.

Des signaux positifs ont été envoyés par Pékin, puis par la Maison Blanche sur les négociations commerciales. La Chine a exempté certains produits agricoles américaines du relèvement de taxes, et les Etats-Unis ont indiqué qu’un accord pourrait intervenir plus tôt que prévu. Le risque géopolitique s’est également déplacé sur l’Europe ce mois-ci, avec la mise en place, par les Etats-Unis, d’une liste de secteur européen (Luxe, Aéronautique entre autres), susceptibles d’être visés par une hausse de droits de douanes.

Des banques centrales accomodantes

Dans le même temps, les banques centrales ont continué d’agir de façon accommodante. Aux Etats-Unis, le président de la Réserve fédérale a baissé son taux directeur de 25 points de base, avec cependant d’importantes divergences au sein du comité sur un cycle de baisse plus important. Au sein de la BCE, les messages restent également volontaristes, en conformité avec les attentes du marché, avec une baisse du principal taux directeur et de nouvelles mesures accommodantes (Quantitative Easing) sans date de fin.

En revanche, une série de mauvaises données économiques a confirmé la contraction de l’économie mondiale, et la réelle dichotomie entre les secteurs manufacturiers et les secteurs tertiaires. L’OCDE vient de revoir à la baisse ses prévisions de croissance pour cette année et l’année prochaine, à 2,9% et 3% respectivement. L’économie américaine reste soutenue par la consommation, mais l’économie de la zone euro subit une nette dégradation particulièrement en Allemagne, exposée à la croissance mondiale.

 


 

Dans cet environnement de fin de cycle économique avec des banques centrales ultra-accommodantes et des risques commerciaux, nous maintenons notre message de prudence à court terme, tout en étant opportunistes et très sélectifs à moyen terme. L’incertitude politique demeure et semble s’élargir (guerre commerciale Etats-Unis/Europe, développement incertain autour du Brexit). La croissance économique devrait rester faible, pesant sur les fondamentaux des entreprises et la croissance des bénéfices, mais les taux d’intérêt sont négatifs et plaident en faveur d’une allocation sur les actions.

Recommandations d'investissement en Unités de compte

Fonds patrimoniaux

  • Nous maintenons notre avis favorable sur le fonds flexible DWS Concept Kaldemorgen, sans contrainte d’allocation associé à une solide maîtrise des risques. Son positionnement global, multi classes d’actif associé à une stratégie dynamique lui permettent de s’adapter aux différentes tendances de marché.
  • Parmi nos autres fonds patrimoniaux, nous maintenons notre préférence pour JPM Global Income, dont la thématique « actifs de rendement » bénéficie toujours du contexte de taux bas.

Fonds d’actions

  • Nous maintenons notre avis positif sur les valeurs internationales de croissance de qualité à dividendes élevés (DWS Top Dividende). Dans un environnement de taux bas persistants, sa thématique « dividendes » plus défensive reste attractive. 
  • Nous restons positifs sur le fonds Pictet Global Megatrend Selection, investi dans les actions d’entreprises, soutenues par une forte dynamique de croissance à long terme.
  • Nous restons également positifs sur les actions du secteur des biotechnologies (Candriam Equities Biotechnology), bien que ce secteur sous-performe les autres marchés ces dernières semaines. La situation politique et la réforme du système de santé aux Etats-Unis pèsent sur le secteur. Cependant, la capacité du secteur à innover et à lancer de nouveaux produits demeure et offre beaucoup de potentiel à moyen terme.
  • Nous conservons une vue positive sur les actions émergentes (Médi Emergents) à moyen et long terme. A court terme, les évolutions du prix du pétrole (attaques en Arabie Saoudite), la vigueur du dollar et les tensions commerciales affectent la classe d’actifs. Néanmoins, le fonds continue de surperformer son indice de référence d’environ 3% depuis le début de l’année, grâce notamment à une surpondération aux économies les moins dépendantes à des facteurs externes (Brésil, Russie, Indonésie, et Inde) et à une très faible exposition aux pays du Golfe.


En savoir plus :



 
To secure its communication, contents are certified on the blockchain using Wiztrust.

Experts

Contacts Presse

Fichier attaché

Sujet liés

Informations